jump to navigation

L’ADV manifeste contre l’euthanasie… et fait reculer le gouvernement 21 novembre 2009

Posted by Mérode in Campagne.
trackback

Devant l’Assemblée nationale, 90 gisants contre l’euthanasie ( publié sur Liberté Politique)

Couchés aux pieds d’une seringue géante, devant l’Assemblée nationale, 90 membres de l’Alliance pour les Droits de la Vie ont manifesté silencieusement, jeudi 19 novembre 2009, au moment où devait commencer le débat autour de la proposition de loi socialiste visant à légaliser l’euthanasie. Mais le gouvernement ayant demandé la réserve du vote, celui-ci a été reporté au  mardi 24 novembre. Les députés socialistes, à l’initiative du texte, ont quitté l’hémicycle pour protester contre la décision du gouvernement.
Sur les panneaux de l’ADV, on pouvait lire le rappel de quatre arguments clés du débat :
« Ni acharnement thérapeutique, ni euthanasie » : c’est la posture de la loi Leonetti de 2005, votée à l’unanimité, que soutient l’association ;
« Priorité aux soins palliatifs » : c’est la troisième voie, française, qui évite les deux dérives que sont l’acharnement thérapeutique et l’euthanasie ;
« Euthanasie mort indigne » : parler de « mort douce » ou de « mort dans la dignité », c’est ignorer la violence de la piqûre létale, alors que l’interdit du meurtre, spécialement des plus vulnérables, est fondateur de toute démocratie ;
« Solidarité de fin de vie » : il ne s’agit pas aujourd’hui du seul débat d’idées mais d’un défi pour toute la société : l’Alliance pour les Droits de la Vie propose 10 idées solidaires pour accompagner et aider concrètement les personnes gravement dépendantes ou malades (voir les 10 idées sur le site www.fautpaspousser.com).

Pour Tugdual Derville, « c’est bien sûr un sujet très intime, et en même temps complètement politique puisque, on le sait bien, plus qu’un choix individuel, c’est un choix de société : soit nous donnons le signe aux personnes très vulnérables qu’elles ont toute leur place parmi nous, soit nous leur laissons entendre que leur vie ne vaut pas la peine d’être  vécue. Derrière la demande d’un droit de mourir, la question posée est en réalité : y aura-t-il quelqu’un pour me trouver encore digne d’être soigné, d’être aimé, quand je serai très âgé, dépendant, ou malade ? ».

L’Alliance pour les Droits de la Vie a lancé le 6 novembre 2009 dans 180 villes de France et sur Internet (www.fautpaspousser.com) une campagne pour s’opposer à la légalisation de l’euthanasie. L’Appel de son président Xavier Mirabel aux responsables des partis politiques a déjà été signé par plus de 42 000 personnes. Il demande que soit préservé l’interdit du meurtre, comme élément fondateur de notre démocratie. Par son service d’aide SOS fin de vie, l’association accompagne et conseille les personnes concernées par l’épreuve de la maladie grave et de la fin de vie.

Publicités

Commentaires»

1. mayeux michel - 5 décembre 2009

l’euthanasie, si vous avez appris le grec n’a jamais voulu définir un meurtre et vous le savez parfaitement mais la libre disposition de notre corps vivant ouvrant sur le droit d’interruption volontaire de notre propre vie (I.V.V) au nom du droit à une bonne mort, à une mort digne en tant que dernière volonté citoyenne – c’est afin de mieux désinformer et de satisfaire les adhérents de votre secte religieuse que vous racontez des balivernes – vous vous comportiez tout autant hystériquement pour empêcher la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse (I.V/G) –qui donne aux femmes la libre disposition de leur corps afin de pratiquer au nom de leur libre choix une interruption volontaire de leur grossesse (I.V.G) – avant que madame simone veil, en 1975, obtienne la dépénalisation de l’I.V.G vous affirmiez que l’interruption volontaire de grossesse (I.V.G) était un meurtre – faute d’argument sérieux à nous opposer vous ne savez que parler de meurtres y compris quand nous réclamons notre droit à une bonne mort, à une mort digne, selon notre dernière volonté, par interruption volontaire de notre propre vie (I.V.V) – 87% de nos concitoyens souhaitent la dépénalisation de l’interruption volontaire de la vie (I.V.V) par suicide médicamenteuse ment assisté et mettez vous dans le crâne que pour nous qui ne partageons pas vos superstitions religieuses I.V.V et I.V.G même combat – jusqu’à ce que la raison l’emporte chez nos élus législateurs – faudra-t-il se battre pour changer la majorité actuelle au parlement ? pourquoi ne commencerions nous pas ce combat aux prochaines élections en mars 2010 ?

Mérode - 6 décembre 2009

Bravo Michel pour cet étalage de votre culture ! Selon vous, l’interruption de la vie d’un être vivant n’est pas un meurtre… C’est quoi alors, un meurtre ? Réponse du dictionnaire Larousse : meurtre, nom masculin (de meurtrir) Homicide volontaire. Que vous revendiquiez la dignité d’un tel homicide ne change rien à la question. La dignité humaine n’est pas quelque chose de subjectif, mais découle de la nature humaine elle-même. Sinon, pourquoi reprocher aux nazis d’avoir pratiqué l’euthanasie, puisque les êtres supprimés ainsi n’avaient selon eux aucune dignité ! Quant aux pseudo sondages non sourcés, ils n’ont pas plus de valeurs : 87% des allemands ont également approuvés Hitler…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :