jump to navigation

URGENT : les Zouaves du Pape vous invitent à signer la pétition contre les recherches sur l’embryon humain ! 20 décembre 2010

Posted by Mérode in Campagne.
trackback

PETITION

Des députés, coupables d’être irresponsables ?…

Monsieur le député, nous vous appelons, avant le vote par lequel vous clôturerez le débat parlementaire prévu en janvier sur les questions de bioéthique, à apporter une réponse à la question suivante : Contrairement à un ministre qui a pu dire qu’il était « responsable mais non coupable », un député élu ne serait-il pas « coupable d’être irresponsable » ?

Nous vous appelons donc à la responsabilité !
Nous, signataires, vous invitons, Monsieur le Député, après 5 ans de dérogations, à déposer ou à voter un amendement valant moratoire sur la recherche embryonnaire. Les alternatives crédibles offertes par les cellules souches adultes vous éviteront toute accusation d’obscurantisme.

Pourquoi cet appel ?
Parce que,

  • Responsable, sera, le député qui  ne déléguera pas, à un établissement public, l’Agence de BioMédecine (ABM), la « veille éthique » portant sur les conséquences de l’utilisation des cellules embryonnaires. C’est un pouvoir et un devoir qui appartiennent au seul parlement, d’autant plus que les personnes siégeant au conseil de l’ABM sont toutes des représentants du monde de la santé. Cette agence ne peut donc qu’être « juge et partie » puisque l’éthique des pratiques médicales et scientifiques serait jugée par ceux-là même qui y ont recours (médecins, chercheurs, pharmaciens, biologistes,…). Comment le parlement pourrait-il juger des choix de l’ABM sur la base d’un rapport rédigé par les intéressés eux-mêmes ?
  • Responsable, sera, le député qui  refusera de se voir retirer sa mission personnelle de représentant de la nation sur les questions la concernant, fussent-elles scientifiques. Vous savez trop bien que votre liberté législative s’arrête là où commence celle des contre pouvoirs judiciaire et exécutif. La science n’a aucune raison d’avoir un statut différent du vôtre : Si vous n’y prenez garde, une certaine « liberté de la science » acquerra indument un caractère sacré si elle n’a plus le contre pouvoir du bon sens de chaque parlementaire.
  • Responsable, sera, le député qui  saura rappeler publiquement la nature de l’embryon. De façon définitive, il s’agit d’un être humain : un « être » parce que ce n’est pas une chose, et « humain » parce que son développement ne conduit pas à la naissance d’un animal. Cela ne relève pas de la science mais du bon sens !
  • Responsable, sera, le député qui n’oubliera pas la différence entre « l’être » et « l’avoir ». Or la dignité de tout « être humain », inscrite dans les droits de l’homme, ne se mesure pas à la quantité d’ « avoirs » (facultés, handicaps, autonomie, projet parental, etc…), mais se fonde sur le seul fait d’être un « être » humain. Ce n’est pas parce que l’embryon est « dépendant » de ses proches qu’il en est moins humain. Sinon pourquoi le parlement préparerait-il la grande loi qu’il promet pour financer la « dépendance » ? Cela ne relève d’aucune religion mais du bon sens !
  • Responsable, sera, le député qui, partant du souci légitime de « l’utilité de nos pratiques » ne lui donnera pas le statut d’un « principe d’utilité ». Vos électeurs ne nient pas la nécessité, pour la France, de se doter de moyens efficaces pour la recherche médicale. Mais, en même temps ils savent que « la fin ne justifie pas les moyens ». C’est un proverbe de bon sens : l’utilité ne peut être un principe ayant même rang que celui de dignité. L’utilité des pratiques n’occupe qu’un rang second tant que tous les autres principes ne sont pas respectés, à commencer par celui de « dignité » cité dans plus de 40 articles du Code de Santé Publique.
  • Responsable, sera, le député qui  ne négligera pas les mesures à prendre pour aider un nombre croissant de femmes enceintes victimes de toutes sortes de détresses. Quelles mesures sont prises pour les aider à les surmonter et à éviter une IVG ? N’est-ce pas le refus d’engager ce débat -et donc celui du statut de l’embryon– qui conduit le parlement à envisager la libéralisation totale de la recherche embryonnaire ?
  • Responsable, sera, le député qui  évitera l’incohérence de condamner les OGM au motif de manipulations pratiquées sur les tissus végétaux, et de tolérer les mêmes techniques sur l’embryon humain. Le principe de précaution doit s’appliquer, pour le moins, à l’embryon en le traitant, par prudence, comme une personne.
  • Responsable, sera, le député  qui se ne se laissera pas influencer par une commission parlementaire qui a auditionné des personnalités retenues presqu’exclusivement pour leurs positions connues et favorables à la recherche embryonnaire.

Ayez le courage d’exercer cette responsabilité pour ne pas risquer d’être de ces députés « coupables parce qu’irresponsables ».

C’est pourquoi,
Nous, signataires, vous invitons, Monsieur le Député, à faire preuve d’une véritable éthique, celle de votre conviction, plutôt qu’à faire appel à des éthiques de majorités, se prétendant responsables. Derrière cette forme d’alignement des votes se cachent des éthiques relativistes et donc irresponsables. C’est pourquoi, vous aurez à cœur de réclamer ce moratoire sur la recherche embryonnaire.

Signer la pétition

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :